Accueil > Le saviez-vous


Petite histoire des études de santé à Caen

La création de l'université de Caen, en 1432, relève surtout d'une volonté du roi anglais Henry VI de former des cadres administratifs pour la province, à une époque où l'université d'Angers – qui, alors l'une des plus importantes du nord de la France pour l'enseignement du droit, n'est plus accessible. La faculté de médecine est créée quelques années plus tard, en 1438, alors que Charles VII a repris le contrôle de Paris, empêchant ainsi les étudiants de Normandie d'aller étudier dans la capitale.
Un professeur, assis sur une chaire devant un lutrin, enseigne devant des élèves. Légende : SIGILLV(m) : FACVLTATIS : MEDICINE : VNIVERSITATIS : CADOMENSIS *
Un professeur, assis sur une chaire devant un lutrin, enseigne devant des élèves. Légende : SIGILLV(m) : FACVLTATIS : MEDICINE : VNIVERSITATIS : CADOMENSIS *

La faculté de médecine fonctionne sans discontinuité jusqu'à l'époque révolutionnaire. En mai 1791, de nombreux universitaires refusent le serment civique imposé aux ecclésiastiques et aux enseignants, ce qui entraîne la fermeture de l'université par la municipalité. Des scellés sont même posés sur les salles et les bibliothèques. Dès lors, l'enseignement de la médecine ne se maintient qu'à travers une école de médecine municipale. En 1808, cette école fait l'objet d'une réorganisation importante mais sans parvenir à retrouver le titre de Faculté. Des « cours pratiques de médecine, chirurgie et pharmacie » sont mis en place dans l'hospice civil qu'on appelle encore « Hôtel-Dieu » puis à partir de 1823, dans l'hôpital qui est transféré dans l'abbaye aux Dames. En 1841, l'« école préparatoire de médecine et de pharmacie » est toutefois rattachée à l’université et installée par la ville dans le palais universitaire.

L'école préparatoire de médecine n'offre pas toutes les formations, et les étudiants contraints de terminer leurs cursus à Paris sont nombreux. C'est le cas de médecins célèbres originaires de Normandie, comme Paul Tillaux (1834-1904), né à Aunay-sur-Odon, qui après avoir étudié durant trois ans à l'école de médecine de Caen doit partir à Paris. Chirurgien des hôpitaux de Paris en 1863, professeur de médecine opératoire à la faculté de Paris, il travaille sur de nombreuses infections et participe aux recherches de Pasteur sur la rage. Lorsqu'il reçoit en 1890 le prix Montyon, il est l'un des médecins les plus célèbres de son époque.

Malgré l'inauguration du nouvel hôpital (Clémenceau) en 1908, il n'existe toujours pas, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, de faculté de médecine à Caen. Après la destruction de l'université en 1944, l'avenir de l’école municipale est même menacé. Le recteur Pierre Daure et le maire de Caen bataillent en vain pour transformer l'école en faculté, mais l'école est sauvée : en 1945, 150 étudiants en médecine font leur rentrée dans l'actuel siège du Rectorat, rue Caponière. Henry Bernard décide d'installer l'école sur le nouveau campus, « au voisinage de la Faculté des Sciences », pour permettre des mutualisations d'équipements entre les enseignements de sciences et de médecine.

En 1958, la Loi Debré ouvre sur la création des CHU qui ont vocation à regrouper sur un même lieu les soins, l'enseignement et la recherche. Trois ans plus tard, l'école de médecine est enfin transformée en faculté. Les travaux de construction du CHU, dirigés par Henry Bernard, débutent en 1968 et la faculté de médecine s'y installe en 1975, pour 40 ans jusqu'à l'inauguration du Pôle des formations et de recherche en santé de Caen (PFRS), en 2015. En 2017, les UFR de Médecine et de Pharmacie fusionnent en une grande UFR Santé.

L'histoire des études de santé prendra un nouveau tournant avec la mise en place de la réforme de l'accès aux études de santé à la rentrée 2020 ! Si vous avez des interrogations sur cette réforme, c'est par ici.

Télécharger la page

Dernière modification : 9 avril 2020



UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5